lun.

17

janv.

2011

What is the importance of micro-businesses?

 

1-  Economically

 

-          They make up some 95% of all the enterprises providing tourism services. Although the big players dominate tourism expenditure, the smallest players collectively generate perhaps a third of total tourism revenue, and much more locally.

-          The money earned by micro-businesses tends to stay in the local community. They typically purchase locally and are part of the fabric of the local money circulation cycle.

-          They are a vital part of new job creation – especially in areas of rural and urban regeneration. Even without new job creation they perform an important economic stability role in fragile areas.

 

2- In social terms

 

-           Micro-businesses are part of the lifeblood of local communities – as local residents, neighbors, taxpayers and employers – even where they may be part of the unofficial or ‘black’ economy. Many micro-business proprietors are also found in local politics.

-          To visitors they are often seen as the ‘friendly locals’. As many large-scale businesses employ foreign labour for service delivery micro-businesses may represent all that most visitors will ever experience of real local character, knowledge and individuality at destinations – reflecting the special values of ‘place’ and ‘host encounters’.

-          Leading-edge small businesses are entrepreneurial role models of success and may inspire young people in their communities by example.

 

3- In environmental terms

 

-          Micro-businesses typically express the local character of a destination through their operations, and in many ways also help to sustain that character and communicate it to visitors.

-          They influence the perceived visual quality of the built and natural landscape by their actions and the buildings they use.

-          Their operations impact daily upon local sustainability issues such as water usage, waste recycling and local purchasing of goods and services for use in their businesses.

 

Some marketing implications of micro-businesses

 

     The sheer number of enterprises involved in all countries makes micro-businesses a core, not a peripheral part of the experience of most non-business visitors. The evidence suggests that such businesses are not scaled down versions of bigger businesses, however, and they cannot be treated in the same terms. At the leading edge, they embody the entrepreneurial spirit and vitality of places, and offer some of the best tourist experiences available anywhere. At the trailing edge, which may be a third or more of the total, many exist on the fringes of the visitor economy damaging the environment of the destinations in which they are located, reducing visitor satisfaction and the perceived quality of the overall visitor experience. Indeed, some of the worst visitor experiences will be found in this sector and they can undermine the other attractions and facilities, reducing the marketing potential of a destination.

     Most micro-businesses have had no formal management education or training. Traditionally, most have had little engagement in marketing other than through the medium of print provided by local tourist boards and contacts with their own clients.

     Only small minorities of them were ever involved in some form of co-operative marketing campaigns. Business and consumer access to the Internet since 1995, however, have revolutionized opportunities for small businesses in the twenty-first century and radically shifted marketing power in their direction.

0 commentaires

sam.

20

nov.

2010

Notre Raisonnement Economique

 

     Selon les économistes, les investissements perdus ne sont pas pris en compte lors de prises de décisions rationnelles. L'exemple est classique: vous faites une erreur en achetant un billet de cinéma qui n'est pas réutilisable. C'est un investissement perdu. Vous pouvez choisir entre les deux options suivantes:

-        ayant payé le prix du billet, vous allez voir le film que vous ne voulez pas voir ;

-        ayant payé le prix du billet, vous vous dites: « il est trop nul» et vous utilisez le temps libre pour faire quelque chose d'agréable.

 

 Vous regrettez donc d'avoir acheté le billet, mais votre décision actuelle devrait être basée sur le fait que vous souhaitez ou non voir le film, quel que soit le prix, de la même manière que vous feriez si l'entrée était gratuite. Le penseur rationnel suggérera probablement que, puisque la seconde option implique une seule souffrance (vous avez perdu de l'argent), alors que la première implique une double souffrance (argent et temps perdus), c'est la seconde option qui est évidemment préférable. De nombreuses personnes détestent « gaspiller » leurs ressources. Dans l'exemple ci-dessus, beaucoup se sentiraient obligés d'aller voir le film, bien qu'ils ne le souhaitent pas, car autrement ils gaspilleraient le prix du billet. Il s'agit là du faux raisonnement de l'investissement perdu; notez « faux raisonnement ». Au sens strict, ce comportement est irrationnel: il est inefficace car il attribue mal une ressource (du temps) en la faisant dépendre d'une information non pertinente pour la décision. L'investissement perdu entraîne souvent des surcoûts inquiétants.

 

     Un exemple, est l'investissement au sein d'une entreprise, dans des machines ou un projet de recherche qui s'avèrent finalement moins utiles que prévu, ou pire, parfaitement inutiles. Un gouvernement peut avoir dépensé 50 millions  pour construire une centrale nucléaire, mais l'argent manque. L'usine actuelle est quasiment inutile puisqu'elle est incomplète. Cependant, elle peut être terminée en rajoutant 20 millions, ou complètement abandonnée et l'on peut construire une série d'éoliennes pour 10 millions.

 L'abandon de la centrale nucléaire et la construction d’éoliennes est la décision la plus rationnelle, même si cela représente une perte totale sur l'ensemble des dépenses. Les 50 millions investis constituent un investissement perdu.

 Mais combien de politiciens seraient économiquement irrationnels et choisiraient l'achèvement du projet? Les psychologues reconnaissent que les investissements perdus affectent souvent les décisions, en raison de l'aversion pour la perte : le prix payé dans le passé devient un point de référence pour la valeur présente et future, alors qu'il devrait être considéré comme non pertinent. C'est donc un comportement non rationnel. Les individus sont piégés par leur passé, ils essaient de compenser les mauvaises décisions et de rattraper les pertes...

0 commentaires

mar.

16

nov.

2010

HAPPY EID AL-ADHA ! EID MUBARAK !

     On November 16, Muslims around the world will celebrate Eid al-Adha also known as “Feast of the Sacrifice” or Greater Eid (the Arabic word “Eid” means festival and the word “Adha” means sacrifice).

The feast lasts for four days and is a public holiday in Muslim countries.
Eid al-Adha is the feast of commitment, obedience and self sacrifice to Allah (God).

In the Muslim calender, a holiday begins on the sunset of the previous day, so observing Muslims will celebrate Eid al-Adha on the sunset of Monday, the 15th of November.

Although Eid al-Adha is always on the same day of the Islamic calendar, the date on the Gregorian calendar varies from year to year, since the Gregorian calendar is a solar calendar and the Islamic calendar is a lunar calendar. This difference means Eid al-Adha moves in the Gregorian calendar approximately 11 days every year. The date of Eid al-Adha may also vary from country to country depending on whether the moon has been sighted or not. Exact date depends on moonsighting announcement in Mecca.

Eid al-Adha is one of the two most important Islamic Eids, the other being Eid al-Fitr, the Feast of Fast-Breaking, which follows Ramadan, the month of fasting.

Eid al-Adha marks the end of the HAJJ (the annual pilgrimage to Mecca), where Muslims commemorate the trials and triumphs of the Prophet Abraham.
 

Eid al-Adha is celebrated throughout the Muslim world as a commemoration of Prophet Abraham's (Ibrahim)willingness to sacrifice everything for God, including the life of his son Ishmael (Isma’il).

Because God spared Ishmael, substituting a sheep in his stead, Muslims commemorate this occasion by slaughtering an animal.
The meat is divided into three equal parts. The family retains one third of the share, another third is given to relatives, friends and neighbours, and the other third is given to the poor and needy.
Because of this, many poor Muslims are able to enjoy the unusual luxury of eating meat during the days of the festival.

The sacrifice itself is not related to atoning for sins or using the blood to wash themselves from sin. “It is not their meat nor their blood that reaches Allah; it is your piety that reaches Him." (Qur'an 22:37)

 

Thank you Angela Nilsson for this article.


1 commentaires

jeu.

28

oct.

2010

Comment voyager sur le principe du tourisme Responsable

 

     Le tourisme durable est avant tout basé sur la notion d’échange et de respect : respect de vos hôtes, respect de leur culture, et respect de la nature. Le voyageur soucieux de s’inscrire dans cette démarche doit donc respecter certaines règles de bonne conduite que nous avons souhaité compiler ci-dessous. En effet, par ignorance et donc sans le vouloir, les touristes peuvent être la cause d’un certain nombre d’impacts négatifs sur les populations d’accueil, alors qu’un voyageur bien informé est au contraire garant du respect d’un certain équilibre et d’un accueil favorable. De même, il existe aujourd’hui un tas de petites astuces qui peuvent vous permettre de réduire votre impact sur l’environnement sans rien entamer de votre plaisir.

Les conseils ci-dessous sont bien sûr valables pour toutes les destinations, cependant une attention particulière est demandée pour les pays avec lesquels nous avons une grande différence culturelle.

 

Avant le départ

  • Un voyage s’apprécie d’autant mieux si l’on se documente à l’avance sur la culture, l’histoire et les croyances de la région visitée.
  • Avant de partir, documentez-vous également sur les comportements à adopter ou à éviter afin de ne pas choquer les populations locales : selon les pays, caresser la tête d’un enfant, se vêtir de manière trop dénudée ou trop ostentatoire, ou s’embrasser en public peuvent en effet s’avérer choquants pour la population.
  • Pensez à faire des achats responsables pour polluer le moins possible une fois sur place, en particulier lors de séjours en pleine nature.

Respect de la culture et des populations locales

  • Respectez les différentes cultures et traditions des peuples que vous êtes venus voir, adaptez-vous et enrichissez-vous de cette différence. En fait, juste retour des choses, les civilisations des pays riches ont sûrement beaucoup à reprendre de certaines coutumes de pays moins développés : le sens de la responsabilité dans la société, le respect des personnes âgées, etc.
  • En voyage, vous n’êtes plus chez vous, mais juste un simple invité. L’expression qui veut que «le client est roi » n’est pas valable vis-à-vis des populations qui vous accueillent, un voyage est loin d’être un produit comme un autre.
  • Connaître quelques mots de la langue locale permet toujours de se faire respecter.
  • Pourboires et rétributions doivent être en rapport avec le coût de la vie sur place afin de ne pas déstabiliser l’économie locale.
  • Dans les pays en voie de développement, il n’est pas recommandé de distribuer les médicaments directement aux populations. Il faut se référer au dispensaire ou à l’hôpital afin de s’assurer qu’un bon usage est fait de ces derniers, et éviter également d’alimenter le marché noir.
  • N’oubliez pas de marchander avec humour et patience, et ne vous emportez pas. Un sourire vaut toujours mieux qu’un ton agressif.
  • N’achetez pas des objets sacrés ou traditionnels afin de ne pas dépouiller le patrimoine historique de votre pays d’accueil, sauf si évidemment il s’agit de copies destinées à la vente.
  • Il convient bien sûr de respecter les lieux de culte, et de ne pas y entrer si l’accès est interdit aux touristes.
  • S’il vous plait ne faites pas de graffitis sur les bâtiments historiques ni sur les arbres ou rochers. C’est moche !
  • Enfin, sur place, privilégiez autant que possible les hôtels et prestations proposées par des locaux, et achetez de l’artisanat et des produits régionaux, c’est bien sûr un des meilleurs moyens de faire bénéficier directement les populations de l’argent du tourisme.

Respect de la nature

 

Faune et flore
On ne veut pas passer pour des rabat-joie mais on croise encore des touristes qui font n’importe quoi dès qu’ils se trouvent dans la nature ou en contact avec des animaux. Non, la vie sauvage n’a rien à voir avec un zoo.
Rappelons donc quelques évidences.

  • Respectez le silence de la nature. Parlez à voix basse, pour ne pas effrayer les animaux et pour ne pas déranger les autres visiteurs.
  • Veuillez ne pas introduire de plantes étrangères à l’écosystème de votre destination.
  • N’attirez pas les animaux avec de la nourriture, cela modifie leur régime alimentaire et peut même leur être fatal.
  • Observez les animaux sauvages à distance raisonnable pour ne pas les effrayer et modifier leurs comportements, et ne les touchez pas, pour votre propre sécurité et pour la leur.
  • N’entourez jamais complètement un groupe ou un unique animal, et ne vous placez pas entre la mère et son enfant.
  • N’importez pas des animaux vivants ou morts, et n’encouragez pas le commerce de leurs peaux, fourrure, ivoire, etc. Ces pratiques participent amplement à la perte de la biodiversité et à l’extinction des espèces, et sont interdites en vertu des accords pour la protection des espèces (CITES). Attention, vous risquez gros si vous êtes pris avec une tortue de mer ou une fourrure de phoque dans vos bagages !
  • Respectez le balisage des chemins, vous éviterez ainsi de piétiner la flore.
  • Ne cueillez pas les plantes et fleurs sur votre passage certaines espèces sont en voie d’extinction.
  • La régénération du corail prend des décennies. Faites attention à ne pas le toucher avec vos palmes et à ne pas marcher dessus. De même, ne pas jeter l’ancre en plein récif !
  • Il est toujours important de respecter les réglementations en vigueur dans les Parcs naturels, et de s’acquitter des taxes d’entrée qui servent à préserver ce patrimoine.
  • En résumé, apprenez à apprécier la nature sans la déranger. C’est un peu comme dans un musée : le plaisir des yeux, mais il ne faut pas toucher !

Déchets
     

     Ce n’est pas parce que certains pays ne disposent pas de systèmes de ramassage des déchets qu’il faille faire comme certains locaux, c’est-à-dire jeter ses détritus n’importe quand et n’importe où ! Au contraire, nous avons un rôle de sensibilisation à jouer auprès des populations locales, et c’est à nous de donner l’exemple.

  • Emportez des sacs poubelles pour tous vos déchets et jetez-les dans une poubelle ! Quand il n’y en a pas à proximité, attendez d’être de retour en ville.
  • Avant de partir, essayez de limiter au maximum les emballages jetables à laisser sur place.
  • La mer n’est pas une poubelle. Saviez-vous qu’un simple sac plastique peut être fatal aux tortues ou aux dauphins qui s’étouffent en croyant avaler une méduse?
  • En bateau ou en camping-car, pensez à vidanger les toilettes et réservoirs de carburant dans les emplacements prévus à cet effet.
  • Saviez-vous qu’un mégot met deux ans à se décomposer ? Fumeurs, merci de prévoir un cendrier de poche !

Consommation des ressources

  • L’eau est une ressource précieuse, parfois un luxe. Veuillez à ne pas la gaspiller et à ne pas la polluer. Dans les régions où l’eau se fait rare, privilégiez les douches rapides plutôt que les bains qui consomment en moyenne 5 fois plus d’eau. Utilisez des produits biodégradables (savons, lessives, etc.)
  • Si vous restez plusieurs jours dans le même hôtel, demandez à ce qu’on ne remplace pas vos serviettes de bain ni vos draps afin d’économiser ainsi de l’eau, de la lessive et de l’électricité, et de rendre le travail des aides ménagères moins astreignant. Après tout, est-ce que chez vous, vous lavez vos serviettes de bain tous les jours ?
  • L’électricité est également un luxe pour certains pays, il faut donc penser à éteindre les appareils électriques (ne pas les laisser en veille) et les lumières d’une pièce quand vous n’y êtes pas. Evitez également d’avoir recours à la climatisation.
  • Certaines activités se prêtent mieux à nos climats tempérés qu’aux latitudes tropicales. Le golf est par exemple l’un des plus gros consommateur d’eau sur certaines îles, mettant parfois à sec les réserves pour les agriculteurs et les populations locales. De même. Respecter l’environnement, c’est comprendre où on met les pieds.

Equipements

  • Investissez dans des lampes et chargeurs solaires, vous les rentabiliserez en économisant l’achat de piles et éviterez d’avoir à jeter ces dernières. A défaut, préférez des piles rechargeables.
  • A la plage, utilisez un lait solaire plutôt qu’une huile qui ne se dissoudra pas dans l’eau. Près des côtes, l’huile solaire forme un écran à la surface et ralentit la photosynthèse des végétaux sous-marins.
  • Préférez des produits d’entretien et corporels biodégradables.
  • Utilisez des équipements réutilisables plutôt que des jetables. Par exemple : ayez une gourde pour l’eau potable plutôt que d’acheter une nouvelle bouteille d’eau en plastique.
  • Cuisinez au gaz si possible, à défaut, utilisez du bois déjà mort (au sol). Mais attention aux incendies ! Toujours se référer à la réglementation en vigueur.

Déplacements

 

     C’est vrai, l’avion est plus rapide et plus pratique que les autres moyens de transports pour réaliser des distances importantes. Par contre, il pollue davantage et ne permet pas d’apprécier le temps du voyage… Voyager, n’est-ce pas littéralement être en chemin ? Dans un monde où tout va si vite, n’est-il pas préférable de bien découvrir un lieu plutôt que de vouloir tout voir et tout visiter ?

  • La marche à pied ou le vélo sont bien adaptés aux courts trajets. Outre le fait que vous resterez en forme, cela vous donne le temps d’apprécier les paysages.
  • Les transports en commun comme le bus ou le train donnent de merveilleuses occasions pour entrer en contact avec la population.
  • Pourquoi ne pas penser au covoiturage ?
  • En privilégiant les petites routes plutôt que les autoroutes, vous roulerez moins vite, vous consommerez donc moins et vous économiserez aussi les frais de péage.
  • Pensez à limiter l’utilisation de la climatisation aux fortes chaleurs. Elle consomme beaucoup et participe au réchauffement climatique !
  • Pour les trajets effectués en avion, il existe aujourd’hui la compensation. Avez-vous pensé à compenser vos émissions de CO2 ?
  • Enfin, d’une manière générale, si vous aimez partir loin, mieux vaut partir moins souvent mais plus longtemps…

 

Référez vous au site

www.Voyagespourlaplanete.com

2 commentaires

ven.

15

oct.

2010

10 aspects du magasinage Durable


   Les organisations se lançant dans l’aventure des achats durables peuvent se sentir submerger par l’ampleur de la tâche, car il y a tant à apprendre au sujet de la façon d’utiliser vos décisions d’achat pour réduire vos incidences négatives et améliorer vos répercussions positives sur l’environnement et la société.

Pour clarifier le tout, le  Sustainability Purchasing Network a dressé la liste suivante de 10 achats simples pour vous permettre de commencer. Cette liste d’articles « de base » ne comprend pas certaines des décisions d’achat les plus complexes que vous pouvez prendre, notamment celles ayant trait aux immeubles durables ou « verts » - même s’il s’agit là d’un domaine important où vos décisions d’achat peuvent avoir un impact durable profond. Toutefois, avec ces 10 étapes faciles, vous pouvez commencer à changer les choses immédiatement. Pour obtenir de l’aide au sujet des achats plus importants, veuillez communiquer avec le Sustainability Purchasing Network – détails ci-dessous.

 

 1.  Équipement électronique

 

L’équipement électronique et les appareils d’imagerie entraînent des coûts de fonctionnement énergétique considérables, et contiennent souvent des produits chimiques dangereux. Il existe plusieurs outils pour aider les acheteurs à trouver l’équipement le plus efficace sur le plan énergétique. Les symboles EnergyStar ou ÉnerGuide montrent que l’équipement a été conçu pour être efficace sur le plan énergétique, ce qui signifie moins d’énergie utilisée, moins d’émissions de gaz à effet de serre et des coûts énergétiques réduits. L’Electronic Product Environmental Assessment Tool (EPEAT ) fournit de l’information sur les postes de travail, moniteurs, systèmes intégrés et ordinateurs portatifs basée sur des critères environnementaux, dont :  la réduction/l’élimination du matériel écologiquement sensible, la sélection du matériel, la conception pour la fin de la vie utile, la longévité des produits/prolongation du cycle de vie, la conservation de l’énergie, la gestion de la fin de la vie utile, le rendement organisationnel et l’emballage. L’EPEAT travaille maintenant sur l’évaluation environnementale des appareils d’imagerie (imprimantes, machines multifonctions), téléviseurs, serveurs et appareils mobiles (cellulaires, ANP). Pour trouver les produits évalués par EPEAT.

 

2.  Fournitures de bureau

 

    Il existe maintenant une vaste sélection de fournitures de bureau écologiques, y compris des trombones recyclés, des crayons biodégradables, des reliures recyclées et des range-tout (faits de plastique recyclé après consommation). Il est bon de discuter des objectifs d’achat durable avec les vendeurs de fournitures de bureau pour en apprendre davantage au sujet des caractéristiques durables des fournitures qu’ils offrent. Il existe aussi des entreprises de fournitures de bureau qui se spécialisent dans les produits plus durables.

 

3.  Meubles de bureau

   Les meubles de bureau peuvent contenir des matériaux toxiques qui nuisent à la santé des travailleurs d’usine participant à la production et des utilisateurs finals. Par exemple, les postes de travail et tables fabriqués avec des panneaux de particules et des panneaux de fibres contiennent des résines à base de formaldéhyde qui nuisent à la qualité de l’air. Les panneaux de particules et les panneaux de fibres fabriqués avec des produits de bois récupéré, des produits de bois recyclés après consommation et des produits agricoles, tous liés avec des résines sans formaldéhyde, sont des options de rechange offertes sur le marché. Recherchez des meubles de bureau en bois certifiés comme provenant de forêts bien gérées. Les produits du bois certifiés par le Forest Stewardship Council vous donnent l’assurance que le bois est recueilli d’une façon qui maintient les caractéristiques essentielles d’une forêt naturelle avant et après la récolte de bois d’œuvre. Les principaux détaillants offrent maintenant des gammes de produits de bois certifiés FSC.

 

4. Papier

   Le papier est l’un des plus importants produits que les acheteurs se procurent, en raison du volume d’utilisation et des incidences possibles de sa production. Il y a d’innombrables questions de durabilité auxquelles il faut penser – le contenu recyclé, les répercussions du blanchiment et du carbone, la certification gestion durable des forêts et la protection des forêts en danger, sans oublier, bien sûr, la réduction de l’utilisation du papier.

Selon l’Environmental Paper Network (EPN), les principales questions dont il faut tenir compte lorsqu’on se procure du papier sont les suivantes : s’assurer que l’exploitation des terres à bois est gérée de façon durable et que la fibre ne provient pas de forêts en danger; maximiser le contenu recyclé; minimiser la consommation de papier; éliminer le blanchiment au chlore. Ces questions sont abordées sur son site Web.. Il y a aussi  les émissions de gaz à effet de serre découlant de la production, du transport, de l’utilisation et de l’élimination du papier qu’il faut prendre en considération lorsqu’on achète et utilise du papier. En choisissant le bon papier, vous pouvez réduire la consommation de bois, d’eau et d’énergie, la pollution et les déchets solides.

La première étape dans l’achat de papier plus durable consiste à prioriser les questions ou incidences qui sont les plus importantes pour votre organisation. Le site Web du Forest Stewardship Council offre un guide étape-par-étape de l’achat de papier visant à aider les organisations à créer et à mettre en œuvre une politique d’achat de papier. L’EPN vous offre pour sa part des lignes directrices sur l’achat de papier. Pour comparer les différents choix de papier, il vous suffit de visiter Paper Calculator.

 

5.  Éclairage

   Il existe bon nombre d’options d’éclairage s’offrant aux organisations souhaitant réduire leurs coûts énergétiques et leur contribution au réchauffement planétaire. L’éclairage fluorescent compact, à décharge à haute intensité (DHI) et à diode électroluminescente (DEL) est plus efficace sur le plan énergétique que l’éclairage à incandescence, à fluorescence et à halogène standard. L’éclairage énergétiquement efficace dure aussi beaucoup plus longtemps, nécessitant moins de remplacements que l’éclairage standard, ce qui réduit les coûts de matériel, d’emballage et d’entretien. Comme tous les dispositifs d’éclairage à fluorescence et à DHI contiennent une petite quantité de mercure, il est important de choisir l’option renfermant le moins de mercure, ainsi que de recycler les ampoules à la fin de leur vie utile. Certains fabricants offrent des lampes à très faible contenu de mercure. Les dispositifs d’éclairage à DEL sont cependant le meilleur choix, vu qu’ils sont les plus efficaces sur le plan énergétique et qu’ils ne contiennent pas de mercure. À ce jour, ils ont été surtout restreints aux applications spécialisées. Toutefois, la technologie DEL progresse rapidement pour produire la qualité d’éclairage nécessaire pour bon nombre d’applications. Dans son catalogue électronique, BC Hydro offre une liste de choix d’éclairage approuvés en C.-B., dans les autres régions du pays, vous n’avez qu’à vous adresser aux fournisseurs d’éclairage commerciaux pour avoir de l’information sur les produits énergétiquement efficaces.

 

6.  Produits de nettoyage et services d’entretien

   En achetant des produits de nettoyage plus verts, vous pouvez éviter les incidences qu’ont sur la santé et l’environnement bon nombre des produits conventionnels vendus sur le marché. Les produits de nettoyage conventionnels contiennent souvent des produits chimiques forts liés au cancer, à des troubles de reproduction, à des problèmes respiratoires, à l’irritation des yeux ou de la peau et à d’autres graves problèmes de santé humaine, et ils peuvent également nuire à la qualité de l’air intérieur. Ils peuvent détériorer la qualité de l’eau et nuire aux poissons et à la faune en général. Selon les estimations, les produits de nettoyage contribuent à hauteur d’environ 8 p. 100 à l’ensemble des émissions non véhiculaires de composés organiques volatiles, qui peuvent causer une irritation des yeux, du nez et des poumons, ainsi que des éruptions, des maux de tête, des nausées, de l’asthme et, dans certains cas, le cancer (Green Seal, CNAD 2006). Et l’Éco-Logo au Canada et Green Seal aux États-Unis fournissent de l’information sur les produits de nettoyage qui satisfont aux stricts critères environnementaux, en plus de réduire les incidences négatives sur la santé. Les organisations qui confient leurs services de nettoyage à contrat devraient s’assurer que leur fournisseur utilise des produits de nettoyage certifiés verts.

Dans certaines collectivités, des organismes locaux qui embauchent des gens ayant des obstacles à l’emploi exploitent des services de nettoyage. À Vancouver, par exemple, The Cleaning Solution est une entreprise d’entretien exploitée et pourvue (personnel) par des gens ayant une maladie mentale et parrainée par l’Association canadienne pour la santé mentale. Il s’agit là d’une occasion pour les acheteurs d’intégrer des dimensions sociales dans leurs décisions d’approvisionnement. Lorsqu’ils recherchent des entreprises de nettoyage, les acheteurs peuvent examiner ces possibilités locales.

7.  Réunions/conférences/événements

    Les réunions sont une activité fréquente ayant bon nombre de répercussions – du transport des participants et de l’achat des aliments à l’utilisation de matériel et aux déchets. BlueGreen Meetings, initiative à multiples intervenants dirigée par la Oceans Blue Foundation, fournit des outils et ressources aux organisations souhaitant écologiser leurs réunions et conférences.  Voici ses dix principales étapes pour écologiser les réunions : établir une politique ou un énoncé environnemental pour la réunion; utiliser une technologie sans papier; se réunir à proximité; pratiquer les trois R; fournir des condiments en gros; utiliser des hôtels verts; manger vert et de façon socialement responsable; économiser l’énergie.

Plusieurs programmes peuvent aider les acheteurs à choisir des installations plus vertes pour leurs réunions ou conférences.  Le Programme de cotes écologiques feuille verte pour les hôtels permet de certifier que des installations ont adopté un programme écoefficient visant à conserver l’énergie et l’eau, et pris un engagement à l’égard des pratiques écologiques. Vous pouvez trouver les hôtels certifiés feuille verte au Canada, à TerraChoice.

Une fois que vous avez réduit autant que possible l’empreinte écologique de votre réunion ou événement, calculez le reste de l’impact écologique de l’événement et compensez les émissions de GES à l’aide d’outils comme Offsetters et Zeroprint.

 

8.  Voyages d’affaires

   Les voyages des organisations – qu’il s’agisse des déplacements des employés pour se rendre au travail et en revenir, des voyages pour des réunions régulières ou des voyages en avion pour des conférences ou réunions d’affaires – ont d’importances incidences sur l’environnement, surtout les émissions de gaz à effet de serre associées aux voyages en auto et en avion. Bon nombre d’agences de voyages et de sociétés de transport aérien participent à des programmes visant à compenser les répercussions environnementales des voyages en avion. Air Canada, par exemple, offre un Programme de compensation des émissions de dioxyde de carbone,. Pour sa part, UNIGLOBE Travel a un Green Flight Program qui est certifié par Éco-Logo – la meilleure pratique est de réduire au minimum les voyages par avion. Considérez la vidéoconférence, si c’est possible, et d’autres modes de transport comme l’autobus et le train. L’organisation de covoiturage peut aussi réduire les incidences.

SpaceShare travaille avec les organisations pour personnaliser des outils de réseautage environnemental pour leurs événements, entre autre des applications Web permettant aux participants de partager des vols, chambres et voitures. Les organisations ayant des parcs de véhicules devraient prendre en considération les dimensions environnementales du programme du vendeur de leur parc.

Vous pouvez trouver des ressources sur la façon d’acheter des véhicules à faible consommation, à carburants de remplacement ou électriques, à ICLEI – et au Fraser Basin Council.

Pour de l’hébergement vert, voir le point 7, pour des détails sur les hôtels verts.

 

9.  Cadeaux et vêtements

   Les vêtements comme les chandails et casquettes de marque et les autres cadeaux de ce genre peuvent avoir d’importantes incidences sur l’environnement et la société. Vu qu’un grand nombre de fabricants de cadeaux et de vêtements ont été associés à des pratiques déloyales de travail et à des abus des droits de l’homme, les organisations devraient s’assurer que les produits qu’ils achètent sont fabriqués de façon éthique, et ce, dans des usines qui observent des pratiques de travail justes et sûres.

Lorsqu’ils se procurent des vêtements, les acheteurs devraient connaître le pays d’origine, car certains pays comme le Myanmar ont des antécédents de violation des droits de l’homme, et confirmer que le vendeur s’est doté d’un code de déontologie pour les fournisseurs et un programme de conformité comme preuve de pratiques éthiques. Les acheteurs peuvent aussi demander au vendeur de divulguer ses pratiques et programmes environnementaux et, le cas échéant, les amendes qu’il s’est vu imposer. La Fair Labour Association fournit une liste d’entreprises de fabrication de cadeaux et de vêtements qui se sont engagées à mettre en œuvre des programmes socialement responsables, comme un code de déontologie en milieu de travail, et à assurer une surveillance pour que les violations soient dénoncées et corrigées.

Les acheteurs peuvent également prendre en considération les matières utilisées dans la production de vêtements. Le problème avec le coton traditionnel – le tissu de vêtement le plus utilisé dans le monde – c’est que les producteurs emploient des quantités abondantes d’insecticides, d’herbicides et d’engrais synthétiques pour le cultiver. Selon la U.S. Environmental Protection Agency, sept des 15 pesticides utilisés pour la culture du coton aux États-Unis sont des carcinogènes possibles ou connus. Préconisez plutôt l’utilisation du coton biologique, du chanvre ou d’autres matières écologiques dans les vêtements achetés par les organisations.

 

10.  Café, thé et autres produits de base

   Les organisations qui se préoccupent des incidences sociales et environnementales de leur café et thé et de leurs autres produits de base, comme les fleurs, les bananes ou le cacao, peuvent chercher un symbole de commerce équitable, qui indique que le produit provient d’organisations certifiées comme pratiquant le commerce équitable. Un symbole de commerce équitable fournit l’assurance que les agriculteurs et travailleurs dans les pays en développement bénéficient de ce qui suit :

  • rémunération équitable pour leurs produits et leur travail;
  • pratiques environnementales durables;
  • services sociaux améliorés;
  • investissements dans l’infrastructure économique locale.

Le café et le thé équitables sont disponibles régulièrement dans la plupart des supermarchés et auprès de fournisseurs de services de café spécialisés et de traiteurs.  Pour plus d’information, veuillez consulter TransFair Canada.

 

Liste de vérification des achats  

Voici quelques points à considérer avant d’acheter :

  • Dans la mesure du possible, envisagez d’acheter du matériel usagé ou de louer l’équipement.
  • Achetez du matériel recyclé, usagé ou récupéré, lorsque vous pouvez. Moins il y a de ressources « vierges » entrant dans les produits, mieux c’est.
  • Évitez l’emballage excessif - un important pourcentage de notre flux de déchets solides est le résultat de l’emballage non nécessaire. Travaillez avec les fournisseurs pour réduire ou éliminer l’emballage, utiliser de l’emballage biocompostable ou acheter des commandes plus grosses à emballage minimal.
  • Évitez le chlorure de polyvinyle, ou « PVC ».  Souvent étiqueté comme plastique « numéro 3 » et se trouvant dans les stores de couleur, les câbles électriques, les jouets pour enfants et d’autres produits, le PVC est une source notable de dioxine (puissante toxine) dans l’environnement. Greenpeace a plus d’information sur le PVC et la dioxine.
  • Achetez localement dans la mesure du possible - cela permet de soutenir votre économie locale et de réduire la consommation d’énergie, la pollution et les effets des gaz à effet de serre causés par les vastes réseaux de transport.
  • Chaque fois que vous pouvez, achetez des produits certifiés comme étant  responsables sur les plans de l’environnement et social par un tiers – le site Web du Global Ecolabelling Network est utile pour obtenir de l’information au sujet des programmes, questions et méthodes d’écoétiquetage. L’Éco-Logo est le symbole du Canada pour les produits et services certifiés. Vous trouverez les produits certifiés Éco-Logo.
  • Cherchez à savoir s’il y a des organismes locaux offrant des produits et services sur le marché qui embauchent et forment aussi des gens ayant des obstacles à l’emploi, comme une entreprise au centre-ville ou une société sans but lucratif. Il vous suffit de vous rendre sur le site Web du programme Enterprising Non-Profits pour obtenir une liste de telles entreprises près de votre collectivité.
  • Les entreprises appartenant à des minorités peuvent aussi fournir des services et produits à valeur ajoutée à une organisation socialement responsable. Envisagez d’acheter vos produits auprès de petites entreprises appartenant à des Autochtones, à des personnes handicapées ou à des membres d’autres minorités, pour contribuer ainsi à améliorer la situation économique des groupes minoritaires. Allez jeter un coup d’œil au 2010 Business Network, pour apprendre à connaître les entreprises ayant ces attributs sociaux.

Pour plus d’information, d’outils et de ressources, visitez le site du Réseau.

Source : http://www.ic.gc.ca

 

 

0 commentaires

mar.

12

oct.

2010

Acheter Durable?

   Les achats durables, c’est l’acquisition de biens et de services (« produits ») d’une façon qui donne la préférence aux fournisseurs qui génèrent des résultats sociaux et environnementaux positifs. Cela intègre les considérations liées à la durabilité à la sélection des produits de façon à ce que les incidences sur la société et l’environnement soient réduites au minimum pendant tout le cycle de vie du produit. Faire un achat durable veut dire déterminer les composantes entrant dans la fabrication du produit, sa provenance, son fabricant et son élimination – même envisager si l’achat est vraiment nécessaire. Un achat durable englobe des dimensions environnementales, sociales et éthiques et est avantageux pour l’environnement et les collectivités et travailleurs locaux et mondiaux.

 

   Pour avoir un aperçu des avantages financiers, environnementaux et socio-économiques et sur le plan de la gestion des achats durables, veuillez visiter  Buy Smart.

3 commentaires

ven.

08

oct.

2010

La Tunisie et le tourisme

 

 

Les faits:

Le tourisme tunisien, gère une capacité d'hébergement globale de 250.000 lits, contribue à hauteur de 7% au PIB, fournit près de 400.000 emplois directs et indirects.....(cette information est collecté du site du ministère du tourisme Tunisien)

 

Les Objectifs:

Atteindre l'objectif de 10 millions de touristes par an, de générer des recettes d'une valeur de 5.365,7 millions de dinars, de réaliser un taux d'occupation de 54,3% et d'atteindre 260.300 lits à l'horizon 2014......OUahouuuuuuuu

 

ce qui veut dire le rajout de 10.300 lits d'ici 2014!!!!

 

Est ce que la Tunisie est prête pour ça?

Mais en 2013 on c'est qu'il n'y a plus de tourisme en Tunisie. 

 

1 commentaires
Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.